XMT # 3 Y a-t-il (vraiment) un ‘internet chinois’ ?

Capture d'écran Google imaginaire

Capture d’écran d’une recherche Google Images « Chinese Internet »

Les internautes chinois seraient aux dernières nouvelles plus de 600 millions d’individus. Régulièrement le CNNIC publie les statistiques de ‘l’internet chinois’ et à ces chiffres grandissants se trouvent accolés des commentaires qui exaltent les spécificités numériques du monde chinois. Mais qu’entend-on par ‘internet chinois’ ? Parmi une foule de discours contradictoires et exotisants, voici quelques unes des représentations les plus répandues au sein des médias et des recherches académiques :

– l’internet chinois serait entouré d’un immense pare-feu que se devraient de franchir les ‘cyber-citoyens’ pour accéder à une information vraie et affranchie de contraintes politiques…

– l’internet chinois serait un terrain polarisé, où citoyens et gouvernants se livreraient un combat virtuel incessant pour la visibilité…

– l’internet chinois serait aussi (en même temps) le royaume du gaming et de la consommation publicitaire, où l’attention des internautes serait divertie et prisonnière des filets du marketing…

– l’internet chinois abriterait en son sein des langages d’un genre nouveau, un folklore digital, peuplé de trolls et de memes incompréhensibles pour les habitants du monde réel…

L’ensemble de ces thèmes relève d’une configuration discursive, qui s’apparente à ce qui, dès les années 1990, était décrit sous le nom de techno-orientalisme 1. À la perplexité suscitée par l’émergence (trop ?) rapide d’un secteur technologique en Asie, s’ajoute un regard ethnocentré qui lie irrémédiablement INTERNET et CHINOIS.

Yves Jeanneret dans un excellent ouvrage 2, auquel la chronique emprunte sa formulation incrédule, souligne que l’émergence de nouvelles technologies est indissociable de discours qui, non pas les accompagnent mais prédisent leur existence sociale. Mais que signifie ‘internet’ et puis qu’est-ce donc qu’être Chinois ?

Il semble être admis aujourd’hui que les ‘individus en Occident’ ont une pratique sophistiquée des réseaux,  où s’entrecroisent de manière complexe différents dispositifs dans un entrelac de cultures et d’interactions médiatisées. Pourquoi alors envisager les 600 millions d’individus connectés en Chine contemporaine sous le terme unificateur (et nécessairement réducteur) d’internautes chinois ?  À l’heure où le gouvernement central, animé par un hubris hégémonique, confond  systématiquement territoire et ethnicité, est-il vraiment désirable de maintenir l’idée d’une ‘sinité’ unifiée ?  Et plus encore, l’internet est-il toujours ce lieu ‘où l’on s’en rend’ pour endosser des identités virtuelles qui tranchent avec celles du ‘monde réel’ ?

Non, il semblerait bien que le terme de « cyber-citoyens » (netizens est monnaie courante en anglais) ne tienne pas longtemps face aux ethnographies sans cesse plus nombreuses qui font apparaître l’inconséquence du partage online/offline ainsi que la pluralité des appropriations technologiques. Mais si « l’internet chinois » n’existe pas vraiment, que nous reste-t-il donc à étudier, à décrire et à commenter ?

Et c’est justement ici que les choses complexes et véritablement excitantes commencent !

Il s’agit de voir au-delà du grand ensemble, de voir à travers lui et malgré lui, des petites pratiques. Oui, plutôt que de sur-interpréter et de politiser a priori des attitudes et des rapports de force, pourquoi ne pas s’intéresser à l’actualité des phénomènes ? Si comme le dit Yves Jeanneret en un autre endroit3, « le travail empirique, au contact des pratiques telles qu’elles se donnent et résistent, est le moteur de toute recherche » n’est-il pas souhaitable alors que nos fantasmes cèdent la place à des interprétations situées des pratiques médiatiques ? En ménageant un espace pour l’observation critique des dispositifs et des usages, il devient alors possible de saisir la valeur culturelle et proprement politique de ces pratiques. Mais combien cela est exigeant…

Combien de patience et de souplesse du regard faut-il pour mener une étude au croisement des dimensions technique, sociale et symbolique. Il est plus aisé sans doute de décrire l’éternel jeu du chat et de la souris, auquel se livrent gouvernants et citoyens, que de chercher à comprendre le rôle que les médias informatisés occupent dans notre contemporain. Pourtant les chantiers ne manquent pas : innovation ou mimétisme technologique, nouvelles expériences communautaires, activisme citoyen, industrialisation de la visibilité, collusion des agents économiques et des acteurs politiques etc.

Pour finir en se glissant dans les plis d’une métaphore esquissée par Mark Hobart 4, il semble en effet plus difficile mais tellement plus rafraîchissant  de tenter sa chance parmi les pingouins que d’en dresser le portrait depuis la plage.

____________________

(1) Lozano-Méndez, A. (2010). Techno-Orientalism in East-Asian contexts : reiteration, diversification, adaptation. In M. Talmisānī & S. T. Schwartz (Eds.), Counterpoints: Edward Said’s legacy. Newcastle: Cambridge Scholars.  ^

(2) Jeanneret, Y. (2007). Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?. Villeneneuve d’Ascq, France: Presses Universitaires du Septentrion. ^

(3) Jeanneret, Y. (2006). Paolo Fabbri, les profondeurs de l’apparence. La provocation sémiotique, 2. Communication et Langages, 148(1), 117–135. ^

(4) Hobart, M. (1996). Ethnography as a practice, or the unimportance of penguins. Europaea, 2(1), 3–36. ^

Des internautes, des cyber-citoyens ou tout simplement des gens…

« Il y a rien de tel qui se conçoive sous le nom de ‘cyber-citoyen’ (netizen). Il y a des citoyens avec des passions, des intérêts, des opinions et des points de vues. Et tous sont des citoyens qui font usage de l’internet pour les faire entendre. Il est temps que nous adoptions un mot plus juste pour les décrire : les gens. »

Retrouver la citation en anglais dans l’article original

Schiavenza, M. (2013, September 25). Enough With the Word “Netizen.” Retrieved October 20, 2014, from http://www.theatlantic.com/china/archive/2013/09/enough-with-the-word-netizen/279969/2/

XMT # 1 : Les baguettes-chercheuses de Baidu

 

robin li baidu ceo

Crédits Image : Robin Li, CEO de Baidu, via China Real Time

Le 03 septembre 2014 en cette nouvelle rentrée, lors de son annuelle conférence internationale, Baidu, l’un des géants de « l’internet chinois », a présenté au grand public sa dernière grande invention : un modèle tout particulier de baguettes.  Après les smartphones, voilà que naissent les « smart chopsticks ». Le mot chinois inventé spécialement pour désigner ce nouvel outil salvateur étend jusqu’au bout des doigts (et de la langue) la promesse encyclopédique du moteur de recherche : 筷子 kuàizi pour baguettes et 搜索 sōusuǒ pour chercher. Alors des baguettes chercheuses, mais chercheuses de quoi ? Robin Li, le CEO de Baidu, évoque le PH, la provenance de l’eau et de l’huile, le niveau de toxicité des aliments, et même l’apport calorique… voilà tout ce que d’un bout de baguettes, l’on pourra lire sur l’application installée dans nos tablettes.

Mais qu’est-ce qui peut bien conduire un tel acteur technologique à se saisir à pleines mains d’un thème social aussi vaste que la nourriture ? Et bien, c’est que cette promesse de connaissance vient en fait exploiter les crispations d’une société chinoise qui depuis près de quinze ans maintenant vit face aux troubles alimentaires. Pollution des eaux souterraines, lait contaminé, riz toxique, brochettes de rat, viande avariée, huile frelatée ; toute la chaîne de production en Chine est affectée par ces troubles. La sûreté de la nourriture semble figurer au premier rang des angoisses des citadins chinois.

Dès lors cette promesse de Baidu ne va pas sans nous poser de questions. Première remarque évidente : le fait qu’un agent privé de premier ordre formule une telle promesse de réassurance en mettant entre les mains des « individus de la classe moyenne » ces baguettes-chercheuses révèle un déficit politique évident. Deuxièmement, ce nouveau produit, et la conférence de lancement qui l’accompagne, accentuent autant qu’ils reflètent l’angoisse populaire considérable de ne pas savoir ce qui se trouve dans son assiette.

Mais regardons de plus près maintenant les implications idéologiques de cette nouvelle invention. Baidu a prévu pour nous une page sur Baike (un dispositif qui mutatis mutandis s’apparente à Wikipédia). Qu’y peut-on lire ? Avec ce nouvel « équipement technologique » les utilisateurs pourront désormais “scruter les informations” de leur nourriture et “discerner les éléments nocifs” Après “deux années de R&D”, Baidu intervient de manière “responsable dans le champ de la sûreté alimentaire” en exploitant son réseau de savoirs constitués sur internet. Plus puissante encore est l’idée que ces baguettes pourraient retrouver la provenance géographique d’une huile. Ce rêve archéologique, prend à rebours toute l’obscure chaîne de production chinoise pour remonter aux origines. Mais quelles origines ? À partir d’où, de qui et de quand une matière devient-elle un aliment ? « Connectée par wifi à votre ordinateur, par simple contact avec vos aliments, les baguettes afficheront sur écran les ingrédients et les nutriments… ».

L’invention de la photographie, en son temps, nous avait fait prendre conscience du cadre de notre vision et avait permis une pratique de mémoire que nous vivons tous aujourd’hui, des photos de repas de famille aux foodporns sur Instagram. Mais qu’implique cette « nouvelle manière de percevoir le monde » comme dit Robin Li ? Sans doute une paranoïa généralisée… Parce que ces baguettes disposent également d’un « moteur de recherche extrêmement rapide » des huiles et matières grasses, « vous pourrez alors éviter la consommation d’aliments toxiques ».

Il est difficile de ne pas sentir dans cette prétention quelque chose de nauséabond et d’injustement protecteur. C’est que tout équipement technologique postule en creux un déficit chez celui ou celle qu’il est censé assister. L’alimentation repose sur des médiations de confiance, une confiance supposée entre pairs, où chacun se trouve mettre à l’intérieur de soi ce qui s’était fabriqué entre les mains des autres. Labels, certifications, recommandations, lieux de distributions ; occupent entre autres ce rôle de médiation.

Mais cette paire de baguettes vient effacer, le discours et la relation de ces médiations aussi fragiles soient-elles, pour lui substituer la performance de la science. Mais ce faisant ces baguettes-chercheuses réquisitionnent notre attention, nos pratiques. Elles nous provoquent également un sursaut de lucidité : penser les médiations multiples qui font exister socialement notre alimentation.

Le meilleur exemple n’est-il pas, porté au paroxysme, celui de l’eau ? À notre époque nulle goutte ne saurait être bue sans être embouteillée, sans être marquée, ou même sans être filtrée. Or ces baguettes de Baidu cherchent à remplacer le packaging, les labels, les producteurs, les distributeurs, les gouvernements ; c’est-à-dire à rendre transparents les faiseurs de l’alimentation. En entrant aussi profondément dans la chimie opaque de nos aliments, soit-disant pour les éclairer, c’est donc toute notre capacité à juger et à se coordonner qui s’effrite. Bientôt alors, plus qu’une seule voix pour savoir ce qui est au menu de notre alimentation ? Voilà qui en Chine comme ailleurs n’a rien de rassurant ni d’apéritif.

 

XMT # 0 : Leg-gunning, incitation à la non-violence

aiweiwei leggunning

Image Credits: @Aiweiwei Instagram via The Art Assignment

Cet été, AiWeiWei s’est fait l’auteur d’une histoire toute média-génique. L’activiste bien connu, et mal-aimé du gouvernement chinois, pour ces interventions perturbatrices, a proposé en juin dernier d’adopter une posture pour le moins équivoque.

« Leg-gunning « , leg comme jambe et gunning comme prendre sa jambe et braquer du bout du pied. Mais braquer qui ? Les censeurs, les militaires, les terroristes, les vilains, les partisans de la violence… En fin connaisseur du meme et en habile praticien des médias sociaux Aiweiwei a conçu une formule qui interpelle #leg-gunning #腿抢 en guise de hashtag et une image qui interloque pour favoriser le devenir social de son message politique. Le résultat a été pour le moins intéressant. Les reprises ont été nombreuses, très nombreuses, quoiqu’aujourd’hui presque toutes noyées dans les archives des réseaux. L’oeil bien axé sur le viseur au genou, les orteils soulignant la ligne de mire, on pouvait voir des individus attraper leur mollet ou leur cheville, chacun prêt à faire feu.

Ce qui amuse sans doute c’est que contrairement au selfie ou à la photo amateur volée puis recomposée, là il fallait être deux ; il fallait un camarade de la non-violence pour répondre à l’appel médiatique d’AiWeiWei. De photos en photos on évoluait alors vers des graphies-comiques où un petit adolescent avec son sweat à capuche se retrouvait face à un char tremblant de sa mise en joue par un canon fait de jean et de basket. Les deux protagonistes de l’image étaient suffisamment présents dans la mémoire visuelle de tous pour que TianAnMen résonne en écho à ces levers de jambes.

Avec la distance, on est tentés d’interpréter de deux façons : une première voie facile consisterait à discréditer d’un seul mouvement ces superficiels phénomènes virtuels et ne voir en eux qu’une absurde révélation, toute attendue, du pouvoir du média-qui-crée-le-buzz. Mais justement ces petits êtres triviaux qui se promènent sur les écrans n’ont-ils pas quelques vertus ou conséquences sociales et politiques ? Question qui agite tous les esprits, des chercheurs et des journalistes… Mais alors la vraie mobilisation en Chine, celle dans la rue, celle qui renverse les puissants et qui fait advenir une vraie démocratie : où est-elle ? Et c’est bien là l’autre tentative de réponse : dire qu’au contraire ces gestes sont pleins d’un sens mobilisant, de voir en eux plus que des métaphores, de voir déjà là une transformation sociale.

C’est en face de cette tension qui met en doute les propriétés politiques du média que nous placent ces jeux de jambes. Dès lors, difficile de ne pas instituer AiWeiWei en chef de guerre médiatique lorsqu’il a l’air d’envoyer ses troupes en mission, quand on sait qu’il exploite souvent (tout en la constituant) sa visibilité pour relayer les contestations sociales sur le web chinois. Ainsi, dans cette boucle impossible entre le corps photographié et l’espace de l’écran, où se situe le geste politique ? Bien souvent, dit-on, la valeur politique se trouve dans la présence. Mais quelle est la valeur de cette présence fugitive ? Doit-on et peut-on considérer que ces gestes sont politiques sans qu’ils n’engagent de démonstrations plus « physiques », plus « réelles » diraient certains. C’est ce qu’attendent les technoptismites, d’ailleurs déçus par un internet qui ne démocratise pas la Chine aussi vite qu’ils le pensaient.

Si prendre les armes n’est pas souhaitable politiquement, si pour beaucoup manifester dans la rue est dangereux, pourquoi prendre son pied, en se montrant sur la toile ne pourrait-il pas faire office de participation politique? Par l’imitation qui rend possible son existence même ce phénomène est une invitation : oui,  une invitation à considérer la grégarité des pratiques médiatiques, et à percevoir le rapport intime qu’elles entretiennent avec les gestes politiques. Pas de réponse donc à la question de savoir si le média est  en soi politique ; mais un effort, celui de ne pas céder à ces deux tentations (du média futile et du média mobilisant), en se rappelant que la marche aussi est un jeu dans lequel, de déséquilibre en déséquilibre, on avance une jambe après l’autre.

Pour une approche culturelle de l’internet chinois

   Dans un article de 2011 publié dans le Journal des études chinoises (The Journal of Asian Studies), Guobin Yang fait état de publications récentes portant sur l’internet et les pratiques médiatiques en Chine. Son article, d’abord présenté comme une simple revue de recherche prend au fil des lignes la forme d’un manifeste critique : comment appréhender l’internet chinois. De manière assez remarquable l’exemple d’une recherche et de ses travers vient scander l’article. En creux des imprécisions empiriques, des égarements théoriques voire des empreintes idéologiques pointées par Guobin Yang se dessine un parti-pris théorique fort : développer une approche culturelle de la technologie. Des intertitres évocateurs marquent les zones limites de pertinence pour les recherches actuelles ou à venir au sein du vaste champ des Chinese Internet Studies. Les proposition s’enchaînent et se complètent. Elles seront présentées ici comme une série d’exigences difficiles mais précises pour aborder l’internet en Chine contemporaine.

Déterminisme technique et instrumentalité

Guobin Yang note d’abord qu’une grande partie des recherches qui se saisissent des les objets technologiques associés à l’internet sont affectées par certain déterminisme technologique.

« Dire que l’internet peut « enserrer nos esprits », ou que « Google rend les américains stupides », ou encore que l’anonymat est responsable des comportements inciviques en ligne, sont des formes de déterminisme technologique. Cette lecture présuppose que la technologie produit ses propres effets. Elle ignore ainsi les valeurs et les pratiques des gens qui utilisent la technologie, mais aussi l’histoire, la culture et l’économie politique du développement technologique. » (p.1044*)

Le déterminisme technologique s’accompagne souvent d’une conception instrumentale du média où dans ce cas l’internet se trouve densifié comme technique. Les dispositifs qui pourtant le composent sont alors ignorés ou considérés comme des outils au service d’une expression populaire et publique. À l’inverse, dans l’héritage des cultural studies dont les recherches inaugurales de Raymond Williams, Guobin Yang invite à considérer l’invention de forme culturelle en relation avec des contextes sociopolitiques et des matérialités historiquement situés. Sans une sensibilité aux métamorphoses médiatiques et à la mémoire sociale des formes, toute technologie serait en effet réduite à une technique. Et même si les praticiens du sens et les interprètes académiques jouent le jeu de cette instrumentalité, il n’en reste pas moins que tout objet technologique est gorgé de culture, culture sans laquelle il ne saurait advenir.

Donation du média et renouvellement politique

Guobin Yang insiste ensuite sur l’infondé des analyses qu’on pourrait qualifier de « transformationnistes » selon lesquelles l’internet serait facteur de renouvellement politique dans une vision transitive de la mobilisation. L’imaginaire contemporain de démocratisation concomitante au développement de l’internet est l’une des expressions les plus communes de cette vision transitive. Mais imaginer que l’arrivée de l’internet va changer la donne politique c’est réduire le médiatique et le politique à bien peu de choses. C’est supposer d’abord que le média est un donné et qu’il n’est pas traversé par des logiques interne de régulation qui pourtant le constituent. C’est aussi considérer le politique au seul titre des appareils gouvernementaux et de la pratique politicienne. L’une et l’autre de ces réductions empêchent de considérer l’adaptabilité du pouvoir et la pluralité de ses formes. Elles seront les au coeur du carnet Chine Meiti.

Culture et pratiques ordinaires

« Le divertissement fait souvent figure de bouc-émissaire dans la critique du caractère apolitique de la culture de l’internet chinois. Le présupposé reviendrait à dire que si les gens jouent simplement en ligne, ce n’est pas politique. » (p.1045)

Dans la continuité directe des limitations évoquées à l’instant, Guobin Yang appelle à ménager une place pour une compréhension des pratiques ordinaires comme lieu politique. De plus, rien n’est moins sur que le jeu, comme la culture populaire soient nécessairement apolitiques. Ces activités ordinaires chargent en effet l’internet en valeur. Et ce sont bien ces régimes de présence et de sens qui doivent intéresser la recherche : comprendre comment de nouvelles activités communicationnelles se déploient dans des matérialités et des contextes différents. Minorer l’importance des ces pratiques au nom d’un paradigme critique et délibératif où la raison devrait dominer ne vas pas sans poser de questions. L’élaboration publique des normes et des fin de l’action, selon le principe habermassien ne saurait être la seule manière d’envisager la dimension politique. Une telle limitation reviendrait en effet à réduire au silence (et à détourner l’attention du chercheur) une foule de pratiques et d’interprétations qui bien que ne parlant de la politique, restent éminemment politiques.

Entre évidence et impensé de la désignation

Plus loin dans l’article, Guobin Yang identifie les ornières idéologiques et les risques d’imprécisions empiriques induites par une certaine pratique du discours scientifique. Le chercheur interprète toujours en situation. Ignorer cette pratique contextuelle de la recherche c’est donc s’exposer à des interprétations hasardeuses, c’est présupposer des intentions ou des effets ou encore affabuler des acteurs d’étiquettes qui ne sont ni insignifiantes ni indolores.

« Le discours actuel sur l’internet chinois a inventé de nombreux labels. « Opium digital », « chambre d’écho », « vigiliantisme », « lynchage en ligne », « lettre écarlate numérique », « maoïsme digital, « cyberghettos » en sont quelques exemples. Mais ces labels sont-ils des justes représentations des phénomènes en question? » (p.1047)

Il y a pour l’analyse inter-discursive un champ de recherche à investir. Comment ces désignations, qui prétendent décrire le monde qu’elles font advenir, sont appropriées, questionnées et traduites dans les situations des acteurs impliqués?

À la fin de son article, et dans le prolongement de ces exigences, Guobin Yang formule des directions de recherches tout à fait inspirantes. Il invite d’abord à considérer la dimension signifiante des pratiques qui se déploient dans l’internet chinois. Ce qu’il appelle « contentful technologies » renvoient à des valeurs, impliquent des idéologies, mobilisent des ressources de sens, se jouent dans des situations, convoquent une histoire… Comprendre l’internet chinois, ce n’est donc pas comprendre une technologie omniprésente mais désincarnée, c’est comprendre les diverses formes et significations qu’il autorise et qui le rendent possible. Guobin Yang dessine enfin un horizon de recherche au cœur des préoccupations du carnet Chine Meiti et des analyses à venir : mener une analyse approfondie de l’hybridation et de la tension entre les forces gouvernementales et commerciales à l’intérieur même des dispositifs.

Voilà donc un article éclairant de Guobin Yang qui souligne la fécondité d’une approche culturelle de la communication et des technologies, laquelle approche ménage une place pour l’hétérogénéité des pratiques, la plasticité des formes, la variabilité des statuts, la pluralité des acteurs… et voit la culture comme dynamique et le politique comme une forme spécifique et centrale mais incertaine de ce processus.

  YANG, Guobin. 2011. Technology and Its Contents: Issues in the Study of the Chinese Internet. The Journal of Asian Studies, Vol. 70, No. 4. *Nous traduisons les citations extraites du texte.

Internet, language et politique