XMT # 0 : Leg-gunning, incitation à la non-violence

aiweiwei leggunning

Image Credits: @Aiweiwei Instagram via The Art Assignment

Cet été, AiWeiWei s’est fait l’auteur d’une histoire toute média-génique. L’activiste bien connu, et mal-aimé du gouvernement chinois, pour ces interventions perturbatrices, a proposé en juin dernier d’adopter une posture pour le moins équivoque.

« Leg-gunning « , leg comme jambe et gunning comme prendre sa jambe et braquer du bout du pied. Mais braquer qui ? Les censeurs, les militaires, les terroristes, les vilains, les partisans de la violence… En fin connaisseur du meme et en habile praticien des médias sociaux Aiweiwei a conçu une formule qui interpelle #leg-gunning #腿抢 en guise de hashtag et une image qui interloque pour favoriser le devenir social de son message politique. Le résultat a été pour le moins intéressant. Les reprises ont été nombreuses, très nombreuses, quoiqu’aujourd’hui presque toutes noyées dans les archives des réseaux. L’oeil bien axé sur le viseur au genou, les orteils soulignant la ligne de mire, on pouvait voir des individus attraper leur mollet ou leur cheville, chacun prêt à faire feu.

Ce qui amuse sans doute c’est que contrairement au selfie ou à la photo amateur volée puis recomposée, là il fallait être deux ; il fallait un camarade de la non-violence pour répondre à l’appel médiatique d’AiWeiWei. De photos en photos on évoluait alors vers des graphies-comiques où un petit adolescent avec son sweat à capuche se retrouvait face à un char tremblant de sa mise en joue par un canon fait de jean et de basket. Les deux protagonistes de l’image étaient suffisamment présents dans la mémoire visuelle de tous pour que TianAnMen résonne en écho à ces levers de jambes.

Avec la distance, on est tentés d’interpréter de deux façons : une première voie facile consisterait à discréditer d’un seul mouvement ces superficiels phénomènes virtuels et ne voir en eux qu’une absurde révélation, toute attendue, du pouvoir du média-qui-crée-le-buzz. Mais justement ces petits êtres triviaux qui se promènent sur les écrans n’ont-ils pas quelques vertus ou conséquences sociales et politiques ? Question qui agite tous les esprits, des chercheurs et des journalistes… Mais alors la vraie mobilisation en Chine, celle dans la rue, celle qui renverse les puissants et qui fait advenir une vraie démocratie : où est-elle ? Et c’est bien là l’autre tentative de réponse : dire qu’au contraire ces gestes sont pleins d’un sens mobilisant, de voir en eux plus que des métaphores, de voir déjà là une transformation sociale.

C’est en face de cette tension qui met en doute les propriétés politiques du média que nous placent ces jeux de jambes. Dès lors, difficile de ne pas instituer AiWeiWei en chef de guerre médiatique lorsqu’il a l’air d’envoyer ses troupes en mission, quand on sait qu’il exploite souvent (tout en la constituant) sa visibilité pour relayer les contestations sociales sur le web chinois. Ainsi, dans cette boucle impossible entre le corps photographié et l’espace de l’écran, où se situe le geste politique ? Bien souvent, dit-on, la valeur politique se trouve dans la présence. Mais quelle est la valeur de cette présence fugitive ? Doit-on et peut-on considérer que ces gestes sont politiques sans qu’ils n’engagent de démonstrations plus « physiques », plus « réelles » diraient certains. C’est ce qu’attendent les technoptismites, d’ailleurs déçus par un internet qui ne démocratise pas la Chine aussi vite qu’ils le pensaient.

Si prendre les armes n’est pas souhaitable politiquement, si pour beaucoup manifester dans la rue est dangereux, pourquoi prendre son pied, en se montrant sur la toile ne pourrait-il pas faire office de participation politique? Par l’imitation qui rend possible son existence même ce phénomène est une invitation : oui,  une invitation à considérer la grégarité des pratiques médiatiques, et à percevoir le rapport intime qu’elles entretiennent avec les gestes politiques. Pas de réponse donc à la question de savoir si le média est  en soi politique ; mais un effort, celui de ne pas céder à ces deux tentations (du média futile et du média mobilisant), en se rappelant que la marche aussi est un jeu dans lequel, de déséquilibre en déséquilibre, on avance une jambe après l’autre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *