Archives par mot-clé : Guobin Yang

Pour une approche culturelle de l’internet chinois

   Dans un article de 2011 publié dans le Journal des études chinoises (The Journal of Asian Studies), Guobin Yang fait état de publications récentes portant sur l’internet et les pratiques médiatiques en Chine. Son article, d’abord présenté comme une simple revue de recherche prend au fil des lignes la forme d’un manifeste critique : comment appréhender l’internet chinois. De manière assez remarquable l’exemple d’une recherche et de ses travers vient scander l’article. En creux des imprécisions empiriques, des égarements théoriques voire des empreintes idéologiques pointées par Guobin Yang se dessine un parti-pris théorique fort : développer une approche culturelle de la technologie. Des intertitres évocateurs marquent les zones limites de pertinence pour les recherches actuelles ou à venir au sein du vaste champ des Chinese Internet Studies. Les proposition s’enchaînent et se complètent. Elles seront présentées ici comme une série d’exigences difficiles mais précises pour aborder l’internet en Chine contemporaine.

Déterminisme technique et instrumentalité

Guobin Yang note d’abord qu’une grande partie des recherches qui se saisissent des les objets technologiques associés à l’internet sont affectées par certain déterminisme technologique.

« Dire que l’internet peut « enserrer nos esprits », ou que « Google rend les américains stupides », ou encore que l’anonymat est responsable des comportements inciviques en ligne, sont des formes de déterminisme technologique. Cette lecture présuppose que la technologie produit ses propres effets. Elle ignore ainsi les valeurs et les pratiques des gens qui utilisent la technologie, mais aussi l’histoire, la culture et l’économie politique du développement technologique. » (p.1044*)

Le déterminisme technologique s’accompagne souvent d’une conception instrumentale du média où dans ce cas l’internet se trouve densifié comme technique. Les dispositifs qui pourtant le composent sont alors ignorés ou considérés comme des outils au service d’une expression populaire et publique. À l’inverse, dans l’héritage des cultural studies dont les recherches inaugurales de Raymond Williams, Guobin Yang invite à considérer l’invention de forme culturelle en relation avec des contextes sociopolitiques et des matérialités historiquement situés. Sans une sensibilité aux métamorphoses médiatiques et à la mémoire sociale des formes, toute technologie serait en effet réduite à une technique. Et même si les praticiens du sens et les interprètes académiques jouent le jeu de cette instrumentalité, il n’en reste pas moins que tout objet technologique est gorgé de culture, culture sans laquelle il ne saurait advenir.

Donation du média et renouvellement politique

Guobin Yang insiste ensuite sur l’infondé des analyses qu’on pourrait qualifier de « transformationnistes » selon lesquelles l’internet serait facteur de renouvellement politique dans une vision transitive de la mobilisation. L’imaginaire contemporain de démocratisation concomitante au développement de l’internet est l’une des expressions les plus communes de cette vision transitive. Mais imaginer que l’arrivée de l’internet va changer la donne politique c’est réduire le médiatique et le politique à bien peu de choses. C’est supposer d’abord que le média est un donné et qu’il n’est pas traversé par des logiques interne de régulation qui pourtant le constituent. C’est aussi considérer le politique au seul titre des appareils gouvernementaux et de la pratique politicienne. L’une et l’autre de ces réductions empêchent de considérer l’adaptabilité du pouvoir et la pluralité de ses formes. Elles seront les au coeur du carnet Chine Meiti.

Culture et pratiques ordinaires

« Le divertissement fait souvent figure de bouc-émissaire dans la critique du caractère apolitique de la culture de l’internet chinois. Le présupposé reviendrait à dire que si les gens jouent simplement en ligne, ce n’est pas politique. » (p.1045)

Dans la continuité directe des limitations évoquées à l’instant, Guobin Yang appelle à ménager une place pour une compréhension des pratiques ordinaires comme lieu politique. De plus, rien n’est moins sur que le jeu, comme la culture populaire soient nécessairement apolitiques. Ces activités ordinaires chargent en effet l’internet en valeur. Et ce sont bien ces régimes de présence et de sens qui doivent intéresser la recherche : comprendre comment de nouvelles activités communicationnelles se déploient dans des matérialités et des contextes différents. Minorer l’importance des ces pratiques au nom d’un paradigme critique et délibératif où la raison devrait dominer ne vas pas sans poser de questions. L’élaboration publique des normes et des fin de l’action, selon le principe habermassien ne saurait être la seule manière d’envisager la dimension politique. Une telle limitation reviendrait en effet à réduire au silence (et à détourner l’attention du chercheur) une foule de pratiques et d’interprétations qui bien que ne parlant de la politique, restent éminemment politiques.

Entre évidence et impensé de la désignation

Plus loin dans l’article, Guobin Yang identifie les ornières idéologiques et les risques d’imprécisions empiriques induites par une certaine pratique du discours scientifique. Le chercheur interprète toujours en situation. Ignorer cette pratique contextuelle de la recherche c’est donc s’exposer à des interprétations hasardeuses, c’est présupposer des intentions ou des effets ou encore affabuler des acteurs d’étiquettes qui ne sont ni insignifiantes ni indolores.

« Le discours actuel sur l’internet chinois a inventé de nombreux labels. « Opium digital », « chambre d’écho », « vigiliantisme », « lynchage en ligne », « lettre écarlate numérique », « maoïsme digital, « cyberghettos » en sont quelques exemples. Mais ces labels sont-ils des justes représentations des phénomènes en question? » (p.1047)

Il y a pour l’analyse inter-discursive un champ de recherche à investir. Comment ces désignations, qui prétendent décrire le monde qu’elles font advenir, sont appropriées, questionnées et traduites dans les situations des acteurs impliqués?

À la fin de son article, et dans le prolongement de ces exigences, Guobin Yang formule des directions de recherches tout à fait inspirantes. Il invite d’abord à considérer la dimension signifiante des pratiques qui se déploient dans l’internet chinois. Ce qu’il appelle « contentful technologies » renvoient à des valeurs, impliquent des idéologies, mobilisent des ressources de sens, se jouent dans des situations, convoquent une histoire… Comprendre l’internet chinois, ce n’est donc pas comprendre une technologie omniprésente mais désincarnée, c’est comprendre les diverses formes et significations qu’il autorise et qui le rendent possible. Guobin Yang dessine enfin un horizon de recherche au cœur des préoccupations du carnet Chine Meiti et des analyses à venir : mener une analyse approfondie de l’hybridation et de la tension entre les forces gouvernementales et commerciales à l’intérieur même des dispositifs.

Voilà donc un article éclairant de Guobin Yang qui souligne la fécondité d’une approche culturelle de la communication et des technologies, laquelle approche ménage une place pour l’hétérogénéité des pratiques, la plasticité des formes, la variabilité des statuts, la pluralité des acteurs… et voit la culture comme dynamique et le politique comme une forme spécifique et centrale mais incertaine de ce processus.

  YANG, Guobin. 2011. Technology and Its Contents: Issues in the Study of the Chinese Internet. The Journal of Asian Studies, Vol. 70, No. 4. *Nous traduisons les citations extraites du texte.