Archives par mot-clé : représentations

XMT # 3 Y a-t-il (vraiment) un ‘internet chinois’ ?

Capture d'écran Google imaginaire

Capture d’écran d’une recherche Google Images « Chinese Internet »

Les internautes chinois seraient aux dernières nouvelles plus de 600 millions d’individus. Régulièrement le CNNIC publie les statistiques de ‘l’internet chinois’ et à ces chiffres grandissants se trouvent accolés des commentaires qui exaltent les spécificités numériques du monde chinois. Mais qu’entend-on par ‘internet chinois’ ? Parmi une foule de discours contradictoires et exotisants, voici quelques unes des représentations les plus répandues au sein des médias et des recherches académiques :

– l’internet chinois serait entouré d’un immense pare-feu que se devraient de franchir les ‘cyber-citoyens’ pour accéder à une information vraie et affranchie de contraintes politiques…

– l’internet chinois serait un terrain polarisé, où citoyens et gouvernants se livreraient un combat virtuel incessant pour la visibilité…

– l’internet chinois serait aussi (en même temps) le royaume du gaming et de la consommation publicitaire, où l’attention des internautes serait divertie et prisonnière des filets du marketing…

– l’internet chinois abriterait en son sein des langages d’un genre nouveau, un folklore digital, peuplé de trolls et de memes incompréhensibles pour les habitants du monde réel…

L’ensemble de ces thèmes relève d’une configuration discursive, qui s’apparente à ce qui, dès les années 1990, était décrit sous le nom de techno-orientalisme 1. À la perplexité suscitée par l’émergence (trop ?) rapide d’un secteur technologique en Asie, s’ajoute un regard ethnocentré qui lie irrémédiablement INTERNET et CHINOIS.

Yves Jeanneret dans un excellent ouvrage 2, auquel la chronique emprunte sa formulation incrédule, souligne que l’émergence de nouvelles technologies est indissociable de discours qui, non pas les accompagnent mais prédisent leur existence sociale. Mais que signifie ‘internet’ et puis qu’est-ce donc qu’être Chinois ?

Il semble être admis aujourd’hui que les ‘individus en Occident’ ont une pratique sophistiquée des réseaux,  où s’entrecroisent de manière complexe différents dispositifs dans un entrelac de cultures et d’interactions médiatisées. Pourquoi alors envisager les 600 millions d’individus connectés en Chine contemporaine sous le terme unificateur (et nécessairement réducteur) d’internautes chinois ?  À l’heure où le gouvernement central, animé par un hubris hégémonique, confond  systématiquement territoire et ethnicité, est-il vraiment désirable de maintenir l’idée d’une ‘sinité’ unifiée ?  Et plus encore, l’internet est-il toujours ce lieu ‘où l’on s’en rend’ pour endosser des identités virtuelles qui tranchent avec celles du ‘monde réel’ ?

Non, il semblerait bien que le terme de « cyber-citoyens » (netizens est monnaie courante en anglais) ne tienne pas longtemps face aux ethnographies sans cesse plus nombreuses qui font apparaître l’inconséquence du partage online/offline ainsi que la pluralité des appropriations technologiques. Mais si « l’internet chinois » n’existe pas vraiment, que nous reste-t-il donc à étudier, à décrire et à commenter ?

Et c’est justement ici que les choses complexes et véritablement excitantes commencent !

Il s’agit de voir au-delà du grand ensemble, de voir à travers lui et malgré lui, des petites pratiques. Oui, plutôt que de sur-interpréter et de politiser a priori des attitudes et des rapports de force, pourquoi ne pas s’intéresser à l’actualité des phénomènes ? Si comme le dit Yves Jeanneret en un autre endroit3, « le travail empirique, au contact des pratiques telles qu’elles se donnent et résistent, est le moteur de toute recherche » n’est-il pas souhaitable alors que nos fantasmes cèdent la place à des interprétations situées des pratiques médiatiques ? En ménageant un espace pour l’observation critique des dispositifs et des usages, il devient alors possible de saisir la valeur culturelle et proprement politique de ces pratiques. Mais combien cela est exigeant…

Combien de patience et de souplesse du regard faut-il pour mener une étude au croisement des dimensions technique, sociale et symbolique. Il est plus aisé sans doute de décrire l’éternel jeu du chat et de la souris, auquel se livrent gouvernants et citoyens, que de chercher à comprendre le rôle que les médias informatisés occupent dans notre contemporain. Pourtant les chantiers ne manquent pas : innovation ou mimétisme technologique, nouvelles expériences communautaires, activisme citoyen, industrialisation de la visibilité, collusion des agents économiques et des acteurs politiques etc.

Pour finir en se glissant dans les plis d’une métaphore esquissée par Mark Hobart 4, il semble en effet plus difficile mais tellement plus rafraîchissant  de tenter sa chance parmi les pingouins que d’en dresser le portrait depuis la plage.

____________________

(1) Lozano-Méndez, A. (2010). Techno-Orientalism in East-Asian contexts : reiteration, diversification, adaptation. In M. Talmisānī & S. T. Schwartz (Eds.), Counterpoints: Edward Said’s legacy. Newcastle: Cambridge Scholars.  ^

(2) Jeanneret, Y. (2007). Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?. Villeneneuve d’Ascq, France: Presses Universitaires du Septentrion. ^

(3) Jeanneret, Y. (2006). Paolo Fabbri, les profondeurs de l’apparence. La provocation sémiotique, 2. Communication et Langages, 148(1), 117–135. ^

(4) Hobart, M. (1996). Ethnography as a practice, or the unimportance of penguins. Europaea, 2(1), 3–36. ^